Le pique-pocket par Bongopinot


Le voleur qui ne trouve rien à voler 
Emporte une poignée de sable rosé 
Espérant y découvrir une perle cachée 
Car il n’est pas interdit de rêver 

 Rêver, c’est tout ce qui lui reste 
Dans son destin bien funeste 
Et ce sentiment que proche sera la fin 
Et son estomac tiraille c’est la faim 

 La faim, ce mal qui le force à voler 
Pour son corps tout entier se réchauffer 
Part en quête de quelque chose à manger 
Dans l’hiver glacial des cœurs usés 

 Usé comme ce monde sans aucune mansuétude 
les gens l’oublient seulement par habitude 
Et comme pour aller de l’avant 
Il jette un peu de paille au vent 

 Au vent froid qui lui offre une pomme 
Et il court dans cette neige et slalome 
Entre la foule et frôle tous ces gens 
Et il pique dans leurs poches un peu d’argent

6 commentaires:

  1. Bonsoir Bongopinot... devoir en arriver-là, parce que plus rien dans les mains, son travail son pain... et les restos du coeur qui ne savent plus où donner de l'assiette ! Et en ce décembre festif comme ça doit faire encore plus mal... merci, jill

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui tous ces long hivers des restos du cœur et pour combien de temps encore heureusement bénévolat et don fonctionnent

      mois de décembre égal fête mais pas pour tous

      Merci à toi Jill bill

      Supprimer
  2. J'♥ ce texte;; il fait suite ou précède le mien, car éternel recommencement
    de la misère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien aimé ton texte également et effectivement on se retrouve dans l'éternel recommencement de la misère il y a tant à dire triste réalité

      Merci JAK
      Amitiés

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Un grand merci à toi Joye

      Supprimer